Page principale - Session - Contact
60millions by Don C on Grooveshark

Pierre Bergé est-il un con ?

Poser la question, c'est y répondre. Il y a des années de cela, sur un blog féministe à huit mains, une copine conseillait aux filles de se méfier des stylistes pédés qui n'aiment pas les femmes et font, étrangement, profession de les habiller, de les corseter, au sens propre (ici, j'extrapole).

Pierre Pierre BergéBergé, il y a quelques jours, a fait l'étalage de sa haine des femmes en expliquant, sans tousser,

[qu'il n'y avait aucune différence entre] louer son ventre pour faire un enfant [et] louer ses bras pour travailler à l'usine.

Là encore, la question suffit à révéler l'étendue de son mépris et de sa confusion mentale. Louer son ventre... C'est toujours pareil avec les grands bourgeois : ils parlent avec aisance du ventre des autres, du salaire des autres. Que pourrait-on faire avec le ventre de Pierre Bergé, pour le rendre enfin rentable ? Une saisie d'organes ante-mortem, comme dans Le Sens de la vie des Monty Python ? Non, trop vieux, sans doute, trop usagé, trop plein de remugles de grands crus et des déchets pourrissants des ortolans que Mitterrand lui faisait engloutir sous la serviette. Inutile, le ventre de Pierre Bergé.

Et d'abord, qu'est-ce que c'est que cette sacralisation du « désir d'enfant » qui permet toutes les dérives narcissiques ? Les femmes stériles, les pédés et les gouines ne sont-ils donc pas capables d'accepter qu'ils ne peuvent pas avoir d'enfant (dans l'état actuel de la science, tout du moins...) ?

On accepte bien, parfois avec une certaine aigreur, mais c'est la vie, de ne pas pouvoir devenir tennisman professionnel, ni prix Nobel de littérature, ni spéléologue, ni artiste ! Quand on n'a pas de talent, pas de possibilité, on apprend à l'accepter. Le désir d'enfant — alors que la planète est déjà bourrée à craquer de pauvres bambins dont les trois quarts sont sans doute affamés et voués à vivre une vie misérable — ce serait donc devenu un droit ? Un droit sacré ? Un droit qui permet à tous les apprentis sorciers et à tous les pédés misogynes et revanchards de la planète d'applaudir à la création d'un nouveau type de labeur sous-payé, aux conséquences psychologiques sans doute dévastatrices et touchant comme par hasard encore une fois les femmes et uniquement les femmes : la location de ventre ?

Il n'y a jamais eu besoin de lois ni de sordides tractations commerciales pour que deux hommes homosexuels s'arrangent avec une amie afin qu'elle accepte le sperme de l'un Balasko et Chabat dans "Gazon maudit"d'eux pour leur donner un enfant, ou que deux femmes se fassent féconder par un étalon (cf. Gazon maudit, l'excellent film de Josiane Balasko traitant du virage de cuti). Si vous n'avez pas cette amie aimante, ou ce queutard altruiste, si vous n'avez pas la possibilité d'avoir un enfant, il vous reste l'adoption. Et si par malheur (relatif) vous n'êtes pas « éligible » à l'adoption, acceptez-le, ou faites ce qu'il faut pour le devenir ! Et tant pis si ce n'est pas possible !

Je n'aurai sans doute jamais d'enfant parce que mes choix de vie et mon instabilité affective me l'interdisent plus ou moins, et je ne m'en plains pas. Christopher Lasch, La Culture du narcissismeC'est comme ça. Oh, certes, ce serait mignon d'élever un bébé, je suis certain que j'adorerais ça, vu que j'adore les bébés, que j'ai particulièrement apprécié de torcher les fesses de ma petite sœur et de mon petit frère quand j'étais adolescent et que j'adorerais transmettre quelque chose, éduquer un enfant, mais voilà : ce n'est pas pour moi. Et je remplis ma vie autrement. Et je lutte contre mon narcissisme. Ce narcissisme devenu pivot central de notre société, comme l'a expliqué brillamment Christopher Lasch il y a trente-quatre ans (La Culture du narcissisme). Lisez Christopher Lasch, résiliez vos abonnements à Têtu ou aux Inrockuptibles, faites-vous pousser un putain de cerveau.

Pierre Bergé, qui est sans doute l'exemple actuel le plus saisissant de ce que la gauche caviar amorale et moralisatrice — ce n'est pas contradictoire — a produit de pire, déteste viscéralement les femmes, le sexe des femmes, au point de comparer leurs ventres, tous ces ventres individuels, à des chaînes de production automobile.

Cette « gauche »-là, libérale, soumise au marché, stupéfiante de bêtise et aussi courageuse qu'une palourde, ne nous propose, outre des privatisations et des génuflexions perpétuelles devant les voyous de la finance, que quelques lois sociétales que personne ne lui a jamais demandées. Il n'y a que des Pierre Bergé, blindés de fric et complètement sourds à la colère montante des peuples, pour s'en satisfaire, et pour s'en satisfaire avec, en prime, un rictus de mépris parfaitement dégoûtant.

Je passerai sur la jubilation que ce vieillard sénile exprimait à l'avance au cas où une bombe aurait explosé au milieu de la manifestation des grenouilles de bénitier. Par cette expression de bouffeur de curés, je me positionne assez clairement pour n'avoir aucun compte à rendre à mes amis zélateurs du mariage pour tous, dont personnellement, en tant que fils de lesbienne (désolé de t'instrumentaliser, Maman), je me contrefous. Et je ne souhaite la mort de personne, certainement pas de manifestants, même lorsque je suis en désaccord presque total avec leurs mots d'ordre.

Pierre Bergé, s'il n'est pas un con, est un vieillard richissime et dangereux. Ce qui va souvent de pair, mais ce n'est pas le sujet.

Don Calvus le 28/03/13 à 00 h 14 dans Social-traître
Article précédent - Commenter - Article suivant -

Commentaires

Ah tiens ! La terre est plate est encore en ligne ! Internet, tu nous surprendras toujours.

C'est un vrai plaisir de lire de nouveau l'actualité à travers le prisme et le style d'un social-traître !

Monierza - 16.04.13 à 18:33 - # - Répondre -

Ah tiens ! La terre est plate est encore en ligne ! Internet, tu nous surprendras toujours.

C'est un vrai plaisir de lire de nouveau l'actualité à travers le prisme et le style d'un social-traître !

Monierza - 16.04.13 à 18:33 - # - Répondre -

Commenter l'article