Page principale - Session - Contact

60 millions de social-traîtres II

« Chaque homme sait, au fond de lui, qu'il n'est qu'un tas de merde sans intérêt. » (Valerie Solanas)

vendredi 18 avril 2014

Il me chie son cambouis dessus

Mon vélo, c'est comme un cheval : il chie sur mes bas de pantalon et il ahane dans les côtes.

C'est mon fier destrier. Rouge passion, rouge plaisir, rouge brûlé. Sans crainte de la prune. La maréchaussée s'est calmée, depuis 2007 et l'avènement du Vélib : elle n'emmerde plus les cyclistes qui se moquent de la signalisation (c.-à.d. : les connards dans mon genre). Elle n'a pas que ça à foutre, il y a tous ces politiciens à mettre en taule, c'est du travail, du sérieux, elle est sur le coup.

J'en vois un qui fronce les sourcils, flairant le poujadiste qui sommeille en moi, le nostalgique du 6-Février, avec une majuscule. Lui sait qu'il existe des politiciens honnêtes et par conséquent il n'en fait pas des tonnes sur les pourris et ceux qui le font cocu à répétition depuis trente ans. C'est un homme mesuré, intelligent. Moi, je suis un instinctif, pas un conceptuel. Quand un ministre est pris la main dans le sac de bonbons, j'ai tendance à y voir la confirmation d'un axiome qu'on devrait apprendre aux bambins à l'école : le pouvoir est corrupteur. L'argent aussi. Alors les deux ensemble, vous pensez, Simone...

Mais trêve de bavardages. Le vélo à Paris, comment ça se passe ? Combien de morts ? Combien d'insultes quotidiennes lancées à la tête des automobilistes et des piétons (absolument incapables même à Paris de lire les situations) ? Beaucoup.

En zone urbaine, le cyclisme, loin d'être un humanisme, est en réalité un élitisme. Une façon de trier les piétons, ces obstacles à trente-sept degrés de température, en fonction de leur réactivité à l'environnement — hostile, forcément hostile —, réactivité qu'on suppose elle-même fonction du nombre de connexions neuronales et de leur vitesse d'abattage. C'est idiot et un peu méchant. La capacité à l'anticipation (traverser ? ne pas traverser ? quand traverser ? comment traverser ?) est, ou semble bien être, parfois, affaire de QI. (Encore une fois, les sourcils froncés, l'homme à l'intelligence bien dosée, qui a voté deux fois contre Sarkozy pendant que j'allais à la pêche, s'insurge : « Non content de verser dans un poujadisme "éclairé" des plus méprisables, l'auteur de ces lignes suspectes nous refait le coup de la surestimation du QI et de la ségrégation nécessaire des crétins. On est à deux doigts du racisme pur et dur, de l'eugénisme, du fascisme. On ne viendra plus lire ce blog. »

Bien sûr qu'il n'a pas complètement tort. Il faut laisser les piétons rêvasser aux feux rouges. Mais la vie est une jungle, les enfants.)

Don Calvus à 13 h 28 dans Social-traître - Lien permanent - 1 commentaire

mercredi 16 avril 2014

Renaissance

On appelle ça le petit-déjeuner des champions. Pour certains, café clope : Jarmusch, je crois, dans Brooklyn Boogie. Il en fera un film, plus tard. Pour moi : chocolat blanc à la vanille bourbon et porto blanc (Malvasia). Au lendemain d'une soirée délicieuse, sucrée aussi, mais en plus costaud, en plus charnel tout simplement. Je revis depuis quelques semaines : comme jamais depuis cinq ans, et comme jamais tout court d'ailleurs car je sais et je fais enfin à peu près ce que j'aime. Cinq ans, le temps de vivre un amour passionnel et pourtant sec, sans chair, ou une chair trop triste. Du passionnel platonique. Après les trois premières années, on frôle la mort cérébrale. On se donne alors deux années de répit pour s'en remettre, pas à pas. Et redécouvrir enfin ce qu'on a longtemps cru hors de la vie : le plaisir. L'envie. Le désir.

J'ai donc quarante ans et — après avoir traduit un bouquin dispensable sur la crise de la quarantaine — j'ai la nette sensation de renaître.

Je sais enfin que contrairement à ce que pense Valerie Solanas, tout homme n'est pas nécessairement un tas de merde sans intérêt.

Ou alors il faut dégenrer le dicton de la rigolote psychopathe : tout être humain, au fond, est probablement un tas de merde en devenir sans grand intérêt ; c'est ainsi qu'on se coupe du monde, qu'on arrête de croire en la politique, au cinéma, à la philosophie, aux vertus thérapeutiques de tout un tas de substances. Une fois le constat réalisé, que reste-t-il à l'homme conscient ? Vivre, baiser, bouffer, crever plus ou moins paisiblement, nourrir les asticots. Entretemps, tenir un blog, écrire, voler, se droguer, pisser dans des lavabos, partir au soleil et oublier l'existence d'êtres humains aussi méprisables que Jean-François Copé.

Je revis, après être un peu mort une fois. Chouette découverte.

Don Calvus à 14 h 15 dans Social-traître - Lien permanent - 2 commentaires

jeudi 28 mars 2013

Pierre Bergé est-il un con ?

Poser la question, c'est y répondre. Il y a des années de cela, sur un blog féministe à huit mains, une copine conseillait aux filles de se méfier des stylistes pédés qui n'aiment pas les femmes et font, étrangement, profession de les habiller, de les corseter, au sens propre (ici, j'extrapole).

Pierre Pierre BergéBergé, il y a quelques jours, a fait l'étalage de sa haine des femmes en expliquant, sans tousser,

[qu'il n'y avait aucune différence entre] louer son ventre pour faire un enfant [et] louer ses bras pour travailler à l'usine.

Là encore, la question suffit à révéler l'étendue de son mépris et de sa confusion mentale. Louer son ventre... C'est toujours pareil avec les grands bourgeois : ils parlent avec aisance du ventre des autres, du salaire des autres. Que pourrait-on faire avec le ventre de Pierre Bergé, pour le rendre enfin rentable ? Une saisie d'organes ante-mortem, comme dans Le Sens de la vie des Monty Python ? Non, trop vieux, sans doute, trop usagé, trop plein de remugles de grands crus et des déchets pourrissants des ortolans que Mitterrand lui faisait engloutir sous la serviette. Inutile, le ventre de Pierre Bergé.

Et d'abord, qu'est-ce que c'est que cette sacralisation du « désir d'enfant » qui permet toutes les dérives narcissiques ? Les femmes stériles, les pédés et les gouines ne sont-ils donc pas capables d'accepter qu'ils ne peuvent pas avoir d'enfant (dans l'état actuel de la science, tout du moins...) ?

On accepte bien, parfois avec une certaine aigreur, mais c'est la vie, de ne pas pouvoir devenir tennisman professionnel, ni prix Nobel de littérature, ni spéléologue, ni artiste ! Quand on n'a pas de talent, pas de possibilité, on apprend à l'accepter. Le désir d'enfant — alors que la planète est déjà bourrée à craquer de pauvres bambins dont les trois quarts sont sans doute affamés et voués à vivre une vie misérable — ce serait donc devenu un droit ? Un droit sacré ? Un droit qui permet à tous les apprentis sorciers et à tous les pédés misogynes et revanchards de la planète d'applaudir à la création d'un nouveau type de labeur sous-payé, aux conséquences psychologiques sans doute dévastatrices et touchant comme par hasard encore une fois les femmes et uniquement les femmes : la location de ventre ?

Il n'y a jamais eu besoin de lois ni de sordides tractations commerciales pour que deux hommes homosexuels s'arrangent avec une amie afin qu'elle accepte le sperme de l'un Balasko et Chabat dans "Gazon maudit"d'eux pour leur donner un enfant, ou que deux femmes se fassent féconder par un étalon (cf. Gazon maudit, l'excellent film de Josiane Balasko traitant du virage de cuti). Si vous n'avez pas cette amie aimante, ou ce queutard altruiste, si vous n'avez pas la possibilité d'avoir un enfant, il vous reste l'adoption. Et si par malheur (relatif) vous n'êtes pas « éligible » à l'adoption, acceptez-le, ou faites ce qu'il faut pour le devenir ! Et tant pis si ce n'est pas possible !

Je n'aurai sans doute jamais d'enfant parce que mes choix de vie et mon instabilité affective me l'interdisent plus ou moins, et je ne m'en plains pas. Christopher Lasch, La Culture du narcissismeC'est comme ça. Oh, certes, ce serait mignon d'élever un bébé, je suis certain que j'adorerais ça, vu que j'adore les bébés, que j'ai particulièrement apprécié de torcher les fesses de ma petite sœur et de mon petit frère quand j'étais adolescent et que j'adorerais transmettre quelque chose, éduquer un enfant, mais voilà : ce n'est pas pour moi. Et je remplis ma vie autrement. Et je lutte contre mon narcissisme. Ce narcissisme devenu pivot central de notre société, comme l'a expliqué brillamment Christopher Lasch il y a trente-quatre ans (La Culture du narcissisme). Lisez Christopher Lasch, résiliez vos abonnements à Têtu ou aux Inrockuptibles, faites-vous pousser un putain de cerveau.

Pierre Bergé, qui est sans doute l'exemple actuel le plus saisissant de ce que la gauche caviar amorale et moralisatrice — ce n'est pas contradictoire — a produit de pire, déteste viscéralement les femmes, le sexe des femmes, au point de comparer leurs ventres, tous ces ventres individuels, à des chaînes de production automobile.

Cette « gauche »-là, libérale, soumise au marché, stupéfiante de bêtise et aussi courageuse qu'une palourde, ne nous propose, outre des privatisations et des génuflexions perpétuelles devant les voyous de la finance, que quelques lois sociétales que personne ne lui a jamais demandées. Il n'y a que des Pierre Bergé, blindés de fric et complètement sourds à la colère montante des peuples, pour s'en satisfaire, et pour s'en satisfaire avec, en prime, un rictus de mépris parfaitement dégoûtant.

Je passerai sur la jubilation que ce vieillard sénile exprimait à l'avance au cas où une bombe aurait explosé au milieu de la manifestation des grenouilles de bénitier. Par cette expression de bouffeur de curés, je me positionne assez clairement pour n'avoir aucun compte à rendre à mes amis zélateurs du mariage pour tous, dont personnellement, en tant que fils de lesbienne (désolé de t'instrumentaliser, Maman), je me contrefous. Et je ne souhaite la mort de personne, certainement pas de manifestants, même lorsque je suis en désaccord presque total avec leurs mots d'ordre.

Pierre Bergé, s'il n'est pas un con, est un vieillard richissime et dangereux. Ce qui va souvent de pair, mais ce n'est pas le sujet.

Don Calvus à 00 h 14 dans Social-traître - Lien permanent - 2 commentaires

jeudi 21 mars 2013

J'aurais voulu être un taxi

Les taxis sont des gens formidables. Pas tous, bien sûr ; mais il est temps que quelqu'un corrige la mauvaise réputation de la corporation dans son entier.

Or j'aime prendre les taxis. Sur les Grands Boulevards par exemple, dans ce sens contre nature qui de toute éternité était rigoureusement interdit, vers le Levant. L'ouverture des boulevards de Richelieu-Drouot à République dans les deux sens rend caduque l'obligation pénible d'emprunter les insupportables rues Lafayette et Réaumur.

Ce soir-là, on venait d'élire un pape à Rome. Les journalistes de la radio nationale disaient des choses comme ça : « On ne sait toujours pas si c'est Francesco ou François. Mais mon contact au Vatican me dit que selon lui c'est bien François qu'il faut l'appeler. » Stupidité éternelle du journaliste, qui ne sait toujours pas que les prénoms se traduisent. Une demi-heure là-dessus ! Avec nos impôts ! Le chauffeur de mon taxi est du genre bougon, mais il a des lettres :

— Putain, les journalistes, c'est pas des aigles ! Le type bosse au Vatican et n'a même pas de notion élémentaire de latin. Francesco, c'est François, connard. Pas besoin d'épiloguer.

Je ne peux qu'acquiescer et me réjouir. Je me réjouis toujours dans ces cas-là. Et je déplore que le monde soit si mal fait. Les abrutis au microphone et les gens un peu malins derrière un volant huit à douze heures par jour ; pour trimbaler les abrutis. Et moi, et moi, et moi...

Ce matin, le chauffeur était d'un abord plus sympathique. Un Haïtien, réfugié politique en Allemagne puis chez nous. L'autre jour, c'était un physicien algérien, qui me racontait ses études en URSS. Autant de parcours fascinants pour qui sait écouter.

Les gens qui, par préjugé, n'aiment pas les taxis, sont des imbéciles. Ce sont des imbéciles au sens où Vian l'entendait. Lui les traitait plutôt de crétins, il écrivait (je cite de mémoire, tous mes livres étant toujours pris en otage — par les aléas de la vie — dans un garage de la banlieue de Madrid) :

« Celui qui ne-comprend-rien-aux-mathématiques est un fieffé crétin, voilà tout ! »

Bien sûr, le contexte est important ; les traits d'union désignent cette catégorie d'ignorants satisfaits qui, non content de ne rien comprendre à quelque chose, en l'occurrence les mathématiques, s'en flattent presque. Comme s'il y avait de quoi se vanter. Je ne comprends rien à la programmation orientée objet et à la mécanique automobile, mais je ne m'en vanterai jamais.

Je suppose que nous sommes tous, à des moments précis, des imbéciles. Par exemple, je n'aime pas l'opéra, comme d'autres n'aiment pas les taxis. Je ne m'en vante pas non plus, en général, mais cela a dû m'arriver. Et c'est idiot. Les gens qui n'aiment pas les taxis n'ont jamais discuté avec un chauffeur, ne s'intéressent pas à leur vie, à la façon dont ils doivent réaliser leur chiffre d'affaires, aux circonstances tellement variées qui font, un jour, d'un homme un chauffeur de taxi. Ce sont des gens qui ne sont pas curieux. Ce sont des imbéciles, peut-être heureux, mais à qui échappe une grande part de l'expérience humaine.

(Photos extraites du merveilleux Night on Earth, de Jim Jarmusch.)

Don Calvus à 16 h 26 dans Social-traître - Lien permanent - 0 commentaires

mercredi 27 février 2013

Plus peur des chiens

Je roulais lentement dans cette rue piétonne, en pleine nuit, et comme il pleuvait, j'avais noué ma capuche. Pas terrible pour la vision périphérique, d'ailleurs. Devant moi, un type promène son chien, un labrador ou truc du genre. Le chien s'arrête à mon approche, se retourne vers moi et m'observe, immobile. Du coup, je ralentis et je passe au large, tranquillement, en demandant à son maître : « Il a peur ? »

Il me répond : « Ça doit être la capuche. » En effet, je ressemble presque à un criminel, je suppose. Du genre furtif : la caillera en noir sur son vélo de course (plus efficace qu'un VTT à pneus larges pour fuir vite la scène de crime).

Je continue ma route vers la porte de Montreuil sous la saleté de pluie glaciale qui commence à faire un peu désordre à trois semaines du printemps. Et je me rends compte d'une chose frappante : j'ai pensé au chien avant moi. J'ai compris à son attitude que c'était lui qui avait peur, et j'ai tout fait pour le rassurer.

Il y a à peine quelques mois, c'est moi qui me serais méfié. Et qui aurais probablement énervé le chien par mon comportement apeuré. Puisque la peur est hautement contagieuse, on sait ça très bien (dis-je sans fournir de référence solide).

Mine de rien, ce petit épisode m'a empli d'une grande satisfaction. J'étais content pour le chien et pour moi. Moins de peur, davantage de communication. Problème désamorcé, comme ils disent. Tout va bien.


Don Calvus à 01 h 42 dans Social-traître - Lien permanent - 0 commentaires

mardi 26 février 2013

Les pick-up artists, ces déçus du féminisme

Une tendance à la fois effrayante, affligeante et (évidemment) fascinante émerge : les pick-up artists sont de sortie. La sous-culture PUA (littéralement « artistes de la drague », puisque le ridicule ne tue bien sûr jamais) est sans doute un des rejetons les plus hideux du féminisme (qui s'en serait bien passé). Ils m'intéressent à ce titre. Je ne suis pas le seul : sur le forum du brillant webcomic xkcd — une de mes rares lectures régulières online depuis des années — la discussion fait rage, et ce n'est pas la première fois.

Des hommes, donc, forment d'autres hommes à devenir des queutards, des artistes du levage de gonzesses, d'inexorables robots zobeurs, et pour cela il existe selon eux quelques solutions simples, dérivées vaguement de la PNL ou des bouquins de développement personnel les plus craignos : never take no for an answer (les apprentis violeurs apprécieront l'encouragement), ne faites jamais attention à ce que la victime, pardon, la cible, raconte, n'hésitez pas à lui mentir sur toute la ligne, bref, comportez-vous comme de sombres merdes, et vous choperez de la chatte.

Le personnage joué par Tom Cruise dans Magnolia et son leitmotiv « Tame the Cunt! Respect the Cock! » (« Domptez la chatte ! Respectez la queue ! ») serait un bon exemple de gourou PUA. Il existe des livres, des sites web, des associations charitables comme celle des Toronto Real Men, les Vrais Hommes de Toronto, prêts à dépenser tout leur argent pour « trouver et séduire des salopes bien chaudes et désespérées » :



Notez la référence à « la métrosexualité, cette conspiration des médias féministes ». En tant que surpoilu de toute éternité, sorte de Sean Connery des faubourgs, j'aurais bien été prêt à prendre les armes — mais lesquelles ? — pour défendre notre honneur bafoué de primates en compagnie de ces gens-là si je n'avais pas flairé dans toute cette entreprise autant de misère intellectuelle, psychologique et sexuelle. Sans oublier le parfum nauséabond du racolage commercial et de l'escroquerie pure et dure.

Un tumblr amusant et intéressant sur la question : PUA.txt.

Entre autres messages d'amour de mâles vexés par son auteur, celui-ci, délicieux :

Keep on being a beta, you dickless fag. Stop throwing mud on people who will one day fuck your wife while you're writing your blog.

(Continue à te comporter comme un bêta, espèce de pédé sans bite. Arrête de cracher sur des gens qui un jour baiseront ta femme pendant que tu es en train d'écrire sur ton blog.)

Le (mâle) bêta s'opposant évidemment au mâle alpha que les PUA s'enorgueillissent tous d'être (la contradiction inhérente à ce postulat ne les faisant pas ciller un instant). Évidemment, ce ne sont pas les notions d'éthologie les plus élémentaires qui les étouffent.

Mais maintenant, donnez-moi un peu d'air, que je respire ! L'univers PUA est étouffant. Sans doute trop de testostérone viciée dans l'air ambiant.

Don Calvus à 00 h 43 dans Social-traître - Lien permanent - 2 commentaires

jeudi 21 février 2013

Flashback

C'était inévitable. Ce soir, devant la projection de fascinants documentaires animaliers (plus exactement : sur la danse des animaux), je ne sais plus pourquoi je mentionne l'existence de mon ex-femme, car elle est venue elle aussi ici. T., l'écrivain franco-norvégien habitant à Berlin, ne se rappelle pas d'elle. En revanche la description réveille D., l'écrivain américain à la machine à écrire. Il se souvient bien d'elle, lui.

J'avais totalement oublié qu'elle, sur son blog abandonné, dont j'avais réparé le moteur (HTML ou CSS, je ne sais plus), pendant mon premier séjour au PA-F, une après-midi de décembre 2010 — ce qui avait déclenché chez elle une terrible crise dépressive, sur le mode « j'aurais dû savoir faire ce que tu as fait pour réparer ça, j'ai eu besoin de toi, c'est humiliant, je suis une merde » —, avait mentionné l'existence d'un écrivain qui écrivait à la machine à écrire. D., donc. Et dans le même texte, elle évoque Cornelis (qu'elle orthographie Cornelius, elle a toujours été moins rigoureuse que moi, je suis allé googler l'animal pour m'assurer de l'orthographe de son nom), avec qui elle a parlé de son journal gratuit hollandais, De Pers. Ce dont il m'a parlé hier pendant que nous sifflions de la Zubrowska, ainsi que de Ben Laden, qu'il a failli faire interviewer par Robert Fisk.

Le monde est petit. Ce monde-là, en tout cas, est petit. Je le savais avant de revenir ici. Et A., pour plusieurs raisons, ne laisse pas les hommes indifférents. C'est la mention de ses cicatrices qui a réveillé D. ; le premier détail qu'on voit chez elle, et qui est inoubliable même pour des gens qui ne la croisent que furtivement, je suppose. C'est comme ça. Elle n'aimerait pas ça. Mais c'est comme ça.

Il y a de l'acceptation de soi dans la vie, et cela semble être un enjeu véritable du féminisme ; plus exactement, les féministes les plus intelligentes, brillantes, les moins conformistes, sont — sans surprise — celles qui se posent quelques questions sur la nature, le corps, la biologie.

Les abstractions queer, en regard de ces questions, évidemment, me semblent flirter du côté de la pure fumisterie.

Ce qui me rappelle cette réflexion, sur un ancien blog féministe stupide et superficiel (sauf en de rares occasions : quelques textes de mon ex, et de ma copine néo-alsacienne M.), où j'avais osé parler d'hormones dans un commentaire, consécutif à je ne sais plus quel article débile sur la répartition des tâches ménagères. Ah non : sur une odieuse chanteuse antiféministe, la belle affaire. On m'avait fait cette réponse édifiante. On est publié(e) chez P.O.L. aujourd'hui : la connerie pure n'a jamais empêché de réussir. Cette réponse, donc, à laquelle moi je n'avais évidemment rien rétorqué :

(...) si tu te mets à appeler les hormones en renfort, on va avoir du mal je crois.

Comme s'il y avait besoin d'appeler quoi que ce soit en renfort... Les hormones, c'est décrit scrupuleusement par la science. On sait comment ça fonctionne, et ce que cela conditionne. Point. Le renfort, laissons cela aux névrosé(e)s du militantisme et de la pseudo-science.

Don Calvus à 03 h 22 dans Social-traître - Lien permanent - 4 commentaires

mercredi 20 février 2013

Camille Paglia

Hier jusqu'à trois heures du matin, discussion vodkaïsée avec C., passionnant hollandais bien qu'extrêmement froid et calme — par conséquent parfois glaçant — qui m'a fait découvrir Camille Paglia. Le fait que je m'intéresse au féminisme et que je sois en train de lire Le Deuxième Sexe semble l'avoir particulièrement attiré. (Paglia semble considérer, en gros, que le livre de Beauvoir n'a jamais été surpassé.)

De fil en aiguille, je me rends compte que j'avais déjà été présenté à Paglia, par Despentes, dans son King Kong Théorie, lu il y a des années. Les positions de cette féministe italo-américaine plus que controversée (par d'autres féministes, qui la jugent « antiféministe ») sur le viol, choquantes au premier abord, quand on les inspecte par la lorgnette médiatique et qu'on les analyse selon la maudite grille d'interprétation idéologique que permet la valorisation des « petites phrases », sont pourtant très intéressantes en ce qu'elles semblent illustrer à quoi ressemble le féminisme de combat de Paglia, son refus absolu de toute victimisation de la femme.

Le viol ne m'intéresse pas vraiment, ni comme potentiel perpetrator (selon certains courants éclairés du féminisme, tout homme est un violeur en puissance — et, hélas, toutes les féministes ne sont pas aussi drôles que Valerie Solanas), ni même le point de vue des victimes. Je suis néanmoins capable d'empathie, et je suis triste pour elles, je considère qu'un viol est une tragédie et je leur souhaite d'arriver à s'en relever par tous les moyens à leur portée. Se relever, justement. Pas se soumettre, ni courber l'échine, ni abandonner la vie. Ne pas succomber au traumatisme, le retourner, presque comme au judo, utiliser sa force contre lui.

Il me semble que la lecture de féministes non-victimisatrices telles que semblent l'être Camille Paglia et Virginie Despentes constituerait un outil plus que valable pour pouvoir se relever. Bien sûr, la phrase « le viol est un risque à prendre » en choquera beaucoup. Elle ne veut pourtant rien dire en soi. Il faut la recontextualiser ; alors, seulement, pourra-t-on commencer à discuter.


NB : J'utilise ici triplement le verbe atténuateur « sembler » par simple honnêteté intellectuelle, car je n'ai pas encore lu une ligne des œuvres de Camille Paglia. Cela ne saurait néanmoins tarder.

Don Calvus à 19 h 04 dans Social-traître - Lien permanent - 1 commentaire

dimanche 17 février 2013

Ils ont trouvé mon PA-F

Me revoilà à Saint-Erme, en hiver à nouveau. Moins de neige que la dernière fois, cependant. Un vélo électrique en moins — les artistes les maltraitent, selon Éric, notre intendant.

Au PA-F, donc ; avec cette fois encore une traduction à finir et, ce qui est nouveau, un roman à commencer. Une semaine de boulot intensif qui a néanmoins commencé par un week-end social. Belles rencontres d'entrée de jeu. Nous sommes moins d'une dizaine, tout le monde parle très bien le français et est en train d'écrire. Même l'inévitable danseuse est ici pour pondre une thèse (qui parle de la danse des animaux).

Qui dit écrivains dit grand calme.

Un blog est un blog : celui-ci, après tout, en vaut bien d'autres. Après un trou de trois ans, je réactive donc cet endroit.

Cadeau de bienvenue : un cliché de Clémence Coconnier, danseuse de l'Aranéide de Myriam Gourfink, spectacle captivant, pour peu qu'on sache s'abandonner, vu à Reims ce vendredi parmi les insupportables bourgeois et bourgeoises — surtout — de la ville, qui auraient sans doute mieux fait d'aller voir le dernier Astérix. Comme soirée culturelle, c'est plus adapté pour ces gens-là, monsieur. On peut y papoter à l'aise en mâchant du pop-corn, on ne gênera jamais personne.

Don Calvus à 17 h 05 dans Social-traître - Lien permanent - 1 commentaire

jeudi 22 octobre 2009

Les inédits de Calvus-Mons qui ne se foule pas énormément et exploite son public

Ci-dessous, six bouts de brouillons, donc inédits, datant de janvier 2007 à novembre 2008 :

Nikita Calvus-Mons à 11 h 14 dans Social-traître - Lien permanent - 0 commentaires

La suite du blog