Page principale - Session - Contact

60 millions de social-traîtres II

« Chaque homme sait, au fond de lui, qu'il n'est qu'un tas de merde sans intérêt. » (Valerie Solanas)

Plus peur des chiens

Je roulais lentement dans cette rue piétonne, en pleine nuit, et comme il pleuvait, j'avais noué ma capuche. Pas terrible pour la vision périphérique, d'ailleurs. Devant moi, un type promène son chien, un labrador ou truc du genre. Le chien s'arrête à mon approche, se retourne vers moi et m'observe, immobile. Du coup, je ralentis et je passe au large, tranquillement, en demandant à son maître : « Il a peur ? »

Il me répond : « Ça doit être la capuche. » En effet, je ressemble presque à un criminel, je suppose. Du genre furtif : la caillera en noir sur son vélo de course (plus efficace qu'un VTT à pneus larges pour fuir vite la scène de crime).

Je continue ma route vers la porte de Montreuil sous la saleté de pluie glaciale qui commence à faire un peu désordre à trois semaines du printemps. Et je me rends compte d'une chose frappante : j'ai pensé au chien avant moi. J'ai compris à son attitude que c'était lui qui avait peur, et j'ai tout fait pour le rassurer.

Il y a à peine quelques mois, c'est moi qui me serais méfié. Et qui aurais probablement énervé le chien par mon comportement apeuré. Puisque la peur est hautement contagieuse, on sait ça très bien (dis-je sans fournir de référence solide).

Mine de rien, ce petit épisode m'a empli d'une grande satisfaction. J'étais content pour le chien et pour moi. Moins de peur, davantage de communication. Problème désamorcé, comme ils disent. Tout va bien.


Don Calvus le 27/02/13 à 01 h 42 dans Social-traître
Article précédent - Commenter - Article suivant -